Interview nouvelle structure adhérente : Sylvie Delaroche-Houot, ANEGJ

Sylvie Delaroche-Houot

ANEGJ

Chaque année, le GRAINE IdF accueille de nouveaux adhérents ! Aujourd’hui, c’est l’ANEGJ qui rejoint le réseau.

Sylvie Delaroche-Houot, chargée du développement, de la formation et des projets, nous présente les actions menées et nous explique ce qui a motivé la structure à rejoindre le réseau du GRAINE.

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Sylvie Delaroche-Houot, je suis chargée du développement, de la formation et des projets à l’ANEGJ. Je suis par ailleurs animatrice, formatrice et consultante en éducation au goût et à l’alimentation.

L’Association Nationale pour l’Éducation au Goût des Jeunes, créée en 2012, a pour mission de rassembler sur le territoire national les acteurs de l’éducation au goût et à l’alimentation. L’objectif est de faire connaitre et reconnaitre l’approche sensorielle en alimentation comme une éducation complémentaire à l’éducation nutritionnelle et intégrée dans l’éducation à l’alimentation.

Pour réaliser cette mission, notre réseau de membres anime des groupes de travail et favorise des échanges de pratique sur l’éducation au goût. Il met en place des projets et des formations en éducation au goût et à l’alimentation, et des activités d’animation de réseau. Il rassemble une trentaine de membres sur le territoire national.

Comment avez-vous connu le réseau du GRAINE Ile-de-France ?

Anne Didier Petremant, membre du conseil d’administration, fondatrice et directrice de l’association De mon assiette à notre planète, nous a fait connaitre le Graine IDF et nous a suggéré de nous rapprocher de ce réseau. Indépendamment de cela, nous recherchions des réseaux d’acteurs qui abordent l’alimentation du point de vue environnemental et avec lesquels il nous semblait intéressant de s’associer pour faire aussi connaitre l’approche sensorielle dans l’alimentation comme manière de sensibiliser les personnes à l’alimentation durable.

Quelles actions EEDD menez-vous ?

Nous ne faisons pas d’EEDD au sens large, nous travaillons plus particulièrement à faire des liens, à comprendre comment l’approche sensorielle en alimentation est au service de la compréhension et de la mise en œuvre de l’alimentation durable.

Presque tout le reste en découle. L’approche alimentaire est un moyen de toucher tous les autres sujets sur le développement durable.

La problématique est la suivante : comment faire pour que le mangeur fasse le lien de la terre à l’assiette et envisage l’implication de ce lien ?

Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre le GRAINE ?

Nous souhaitons mutualiser les compétences et identifier un pôle d’acteurs que nous pourrions faire monter en compétence sur le sujet de l’approche sensorielle en alimentation. Et inversement, nous souhaitons accompagner à mettre l’approche sensorielle dans les activités d’éducation à l’environnement des acteurs du secteur.

Que souhaitez-vous pour l’EEDD d’ici 2030 ?

Dans le champ de l’alimentation durable, il y a une prise de conscience très forte et je souhaite que les moyens institutionnels, humains et matériels soient donnés aux acteurs de terrain qui animent des formations et accompagnent les collectivités territoriales dans les champs de de l’alimentation durable.

Je souhaite qu’en 2030, l’ensemble des acteurs de ces différentes éducations dans les champs de l’alimentation (nutritionnelle, sensorielle, durable) puissent se réunir autour d‘actions concertées où chacun a sa place.

Je souhaite enfin, que nous valorisions tout ce qui existe en matière d’outils, de projets et de formations, avant de récréer ce qui existe déjà !

Interview nouvel adhérent : Yann Chapin, LAB3S

Yann Chapin

LAB3S

Chaque année, le GRAINE IdF accueille de nouveaux adhérents ! Aujourd’hui, c’est Le LAB3S qui rejoint le réseau.

Yann Chapin, directeur de l’association, nous présente les actions menées et nous explique ce qui a motivé la structure à rejoindre le réseau du GRAINE.

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Yann Chapin, je suis le directeur de l’association LAB3S (Sols, Savoirs, Saveurs). Le LAB3S est association qui a été cocréée par des collectivités territoriales ; des instituts de recherche et des acteurs de l’économie sociale et solidaire dans le but de travailler sur le lien entre la recherche scientifique et les autres acteurs pour monter des projets communs qui puissent être des solutions aux problématiques de la transition écologique.

Comment avez-vous connu le réseau du GRAINE Ile-de-France ?

J’ai connu le GRAINE Île-de-France lors du précédent poste que j’ai occupé au sein d’une structure qui produisait des revues pédagogiques et qui avait fait un numéro sur l’éducation à l’environnement.

Quelles actions EEDD menez-vous ?

Les actions sont multiples.

De façon globale, nous travaillons autour de l’écologie urbaine (agriculture urbaine, sols) et de l’alimentation (de la fourche à la fourchette).
Nous sommes situés à Bondy, nous sommes une sorte de mini cité des sciences made in Bondy. Nous travaillons sur un site de l’institut de recherche et développement (IRD) et sommes donc en lien avec une communauté de chercheurs scientifiques. Nous nous reposons sur cette collaboration pour créer des animations qui prennent la forme d’ateliers. Nous disposons également d’un jardin pédagogique comme support de nos animations.
Nous accueillons les jeunes comme les adultes.
Nous sommes également en train de mettre en place un parcours pédagogique (sous forme de panneaux) sur les thématiques des sols, des services écosystémiques du ver de terre, de la question de biodiversité. Il y aura 9 panneaux d’ici fin décembre pour que le support du jardin soit complet.

Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre le GRAINE ?

Nous animons nous-même un réseau d’acteurs autour de l’agriculture urbaine et l’alimentation durable, et la question du réseau est dans notre ADN. Nous souhaitons donc faire réseau pour tout ce que cela peut apporter (interactions, projets réseaux).
Aussi, même si nous faisons beaucoup de sensibilisation, ce n’est pas vraiment notre métier premier. Nous sommes donc dans l’envie de nous mettre en lien avec les professionnels du secteur.

Que souhaitez-vous pour l’EEDD d’ici 2030 ?

Pour 2030, je souhaite que l’éducation à l’environnement soit généralisée dans toutes les sphères, que ce soit aussi bien au niveau de l’éducation populaire qu’au niveau de l’éducation nationale.

Interview nouvel adhérent : Thomas Thieulin, Ecocityzen

Thomas Thieulin

Ecocityzen

Chaque année, le GRAINE IdF accueille de nouveaux adhérents ! Aujourd’hui, c’est Ecocityzen qui rejoint le réseau.

Thomas Thieulin, Co-fondateur de l’association, nous présente les actions menées et nous explique ce qui a motivé la structure à rejoindre le réseau du GRAINE.

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Thomas Thieulin, je suis le co-fondateur de l’association Ecocityzen, une association créée avec Caroline Olivier en 2019. Avant de rejoindre Ecocityzen, j’ai travaillé pendant près de 15 ans dans une ONG. Ecocityzen a pour mission d’accompagner les citoyens vers un mode de vie plus durable tout en favorisant le lien social.

Comment avez-vous connu le réseau du GRAINE Ile-de-France ?

J’ai rejoint Ecocityzen en janvier de cette année. Caroline, elle, s’est lancée en avril 2019. Elle connaissait déjà bien l’écosystème EEDD. L’association avait déjà rencontré un membre du GRAINE pendant la période COVID, nous avons ainsi pu en apprendre plus sur les grandes missions du réseau.

Quelles actions EEDD menez-vous ?

Chez Ecocityzen, nous réalisons trois grandes missions :

  • Interventions auprès des écoles : Nous nous concentrons actuellement sur des sujets que nous maitrisons bien, notamment les déchets. Au niveau de la pédagogie mise en place, nous essayons de construire des échanges participatifs et de permettre à chacun de comprendre comment agir à son échelle.
  • Défis 0 déchet : Nous travaillons avec le territoire Paris Est Marne Bois. A travers le défi famille 0 déchet, notre démarche donne la possibilité d’agir collectivement pour une action éco-responsable. ous accompagnons des foyers (de 50 à 80 familles) sur six mois pour leur permettre d’adopter une consommation plus responsable tout en réduisant leurs déchets.
  • Solutions de compostage : Nous proposons à la fois des activitésde sensibilisation du grand public et l’installation de composteurs partagés ou en pied d’immeuble. Grâce à cetaccompagnement, la plupart des familles réduisent entre 20 et 40% de leurs déchets.
  • Réalisation d’événements éco-responsables : Nous organisons la prochaine bourse au vélo à Charenton-Le-Pont. Nous avons également déjà organisé une balade urbaine qui alliait découverte de l’environnement et ouverte aux personnes en situation de handicap.

Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre le GRAINE ?

Nous voulions rejoindre le GRAINE Île-de-France à la fois pour partager, échanger sur nos pratiques respectives, approfondir les connaissances et en accueillir des nouvelles. Enfin, étant une jeune association, faire partie du réseau est une bonne manière de se faire connaître, de bénéficier d’opportunités et de l’effet de groupe.

Que souhaitez-vous pour l’EEDD d’ici 2030 ?

Je souhaite que d’ici 2030, la réalisation de projets collectifs ambitieux et à impact se multiplient pour transformer la société autour de sujets qui nous rassemblent.

Le réseau a d’incroyables talents

L’année 2020 a été placée sous le signe des défis pour le réseau, mais également et surtout sous celui de la créativité ! Découvrez de certains adhérent.e.s pour l’année 2020 !

Podcast adhérent.e : Audrey Garrouste, Maison de l’eau du SIARH

Audrey Garrouste

Maison de l’eau du SIARH

La maison de l’eau du SIARH s’est prêtée au jeu d’une courte interview conduite par notre journaliste bénévole Maurine Verhoye, afin de présenter la maison de l’eau et ses nouveautés !

Comment va le moral ?
Comment ont-il géré la crise du Covid-19 ?

Interview nouvel adhérent : Patrick Soulas, Randiflora

Patrick Soulas

Randiflora

Chaque année, le GRAINE IdF accueille de nouveaux adhérents ! Aujourd’hui, c’est Randiflora qui rejoint le réseau.

Patrick Soulas, animateur, nous présente les actions qu’il mène et nous explique ce qui a motivé la structure à rejoindre le réseau du GRAINE.

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Patrick Soulas, je suis un ancien informaticien et j’ai toujours été passionné de botanique. A l’occasion d’une reconversion professionnelle, j’ai décidé de créer ma structure d’éducation à l’environnement début 2020. Je fais également partie de l’association des Guides du Vexin Français, soutenue par le PNR duVexin français. Je travaille également en collaboration avec l’Agence des espaces verts d’Île-de-France, le conseil départemental du val d’Oise et le conseil départemental des Yvelines.

Comment avez-vous connu le réseau du GRAINE Ile-de-France ?

J’ai connu le réseau du GRAINE par le GRAINE Normandie car J’ai fait une formation BPJEPS EEDDavec le CFPPA de Sées en Normandie. La responsable de l’enseignement était administratrice du GRAINE Normandie. Ainsi, quand j’ai créé ma structure, je me suis dit qu’il serait intéressant que j’adhère au GRAINE Île-de-France.

Quelles actions EEDD menez-vous ?

Je propose des randos et animations nature en général, avec une initiation à la botanique.

Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre le GRAINE ?

J’ai voulu rejoindre le GRAINE Île-de-France car j’avais apprécié ce que j’avais pu en voir en Normandie, et les échanges qu’on avait pu avoir avec les autres structures du GRAINE là-bas étaient riches. Cela m’a tout de suite motivé à adhérer au GRAINE en Île-de-France. Je suis également intéressé par les formations proposées par le réseau.

Que souhaitez-vous pour l’EEDD d’ici 2030 ?

Je souhaite qu’il y ait une prise de conscience générale qu’il est urgent de faire quelque chose, ce qui n’est pas encore le cas. Tant qu’il n’y a pas de prise de conscience sur l’importance de faire attention à l’environnement, les actions seront toujours à la traîne.
J’espère que ça n’attendra pas 2030 ! Heureusement, la nouvelle génération est présente et très active.

Interview nouvel adhérent : Flore-Anaïs Brunet, Si t’es jardin

Flore-Anaïs Brunet

Cheffe de projet

Chaque année, le GRAINE IdF accueille de nouveaux adhérents ! Aujourd’hui, c’est Si t’es jardin qui rejoint le réseau.

Flore-Anaïs Brunet, Cheffe de projet Si t’es jardin, nous présente les actions menées par son équipe et nous explique ce qui a motivé la structure à rejoindre le réseau du GRAINE.

Qui êtes-vous ?

Je suis Flore-Anaïs Brunet, cheffe de projet Si t’es jardin au réseau national des Régies de quartier.
Mon poste consiste à être en quelque sorte un trait d’union entre des structures d’insertion dans les quartiers prioritaires et le secteur thématique de l’EEDD, l’environnement, l’agriculture urbaine et le paysage.
Mon rôle est donc d’aider les Régies à mettre en place des formations, des guides, des outils pédagogiques et des temps d’échange en ce qui concerne le jardin et la nature en ville.
En effet, les animateur·rice·s des Régies viennent plutôt du champ du social et sont souvent demandeurs de mise en relation, outils d’animation, références techniques sur la nature ou encore la biodiversité.

Comment avez-vous connu le réseau du GRAINE Ile-de-France ?

J’ai connu le GRAINE ARA lors de mon stage de fin d’étude à Robins des Villes en Rhône Alpes Auvergne. Les locaux étaient partagés avec le GRAINE, la LPO etc. Plus récemment c’est par Clément Charleux, qui travaillait à la Régie de quartier de Nanterre, que j’ai eu un contact avec le GRAINE IdF.

Quelles actions EEDD menez-vous ?

Au sein du réseau, il y a beaucoup de ruchers, de jardins partagés et de programmes d’écopâturage.
Certaines Régies portent des projets de cantines solidaires, de compostage de quartier et compostage biomécanique. En Ile-de-France, les Régies qui travaillent en milieu plus urbain portent notamment des projets de jardins en pied d’immeuble.
Le but de ces actions est de créer du lien social dans les Quartiers Politique de la Ville et de sensibiliser les habitant·e·s au développement durable avec un vocable simple.
De nombreuses Régies ont également des appartements témoins pour les éco-gestes, animent des Repair Café ou portent une recyclerie.

Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre le GRAINE ?

Je trouve que l’EEDD est un sujet très intéressant. Il y a des ressources incroyables qui existent.
L’idée n’est pas de refaire des outils de notre côté mais plutôt de s’allier avec des réseaux existants qui ont des entrées thématiques pour apporter de la complémentarité à Si t’es jardin. Il y a beaucoup de réseaux avec lesquels nous souhaitons collaborer.

Que souhaitez-vous pour l’EEDD d’ici 2030 ?

Je souhaite plus de visibilité pour l’EEDD. Il y a une multitude d’outils, d’acteur·rice·s et de réseaux qui sont trop souvent méconnus par les animateurs·rice·s. Pour moi, il y a vraiment quelque chose de l’ordre de la visibilité.
Il serait intéressant que tous les réseaux interagissent même si leur thématique de prédilection diffère.

Interview nouvel adhérent : Mathieu Plot, Hebdo Ecolo

Mathieu Plot

Président et fondateur

Chaque année, le GRAINE IdF accueille de nouveaux adhérents ! Aujourd’hui, c’est Hebdo Ecolo qui rejoint le réseau.

Mathieu Plot, président et fondateur d’Hebdo Ecolo, nous présente les actions menées par son équipe et nous explique ce qui a motivé la structure à rejoindre le réseau du GRAINE.

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Mathieu, je suis fondateur et président d’Hebdo Ecolo. Hebdo écolo est une association Loi 1901 visant à faciliter l’engagement des citoyens en Europe pour l’environnement.

Comment avez-vous connu le réseau du GRAINE Ile-de-France ?

Nous avions déjà en tête d’intégrer un réseau d’éducation à l’environnement. Notre siège est en Île-de-France et nous souhaitons développer les actions de sensibilisation auprès des scolaires principalement en Île-de-France dans un premier temps. C’est en faisant des recherches sur internet que l’une des membres du bureau est tombé sur le réseau GRAINE Île-de-France.

Quelles actions EEDD menez-vous ?

L’association développe quatre axes principaux :

  • La mobilisation citoyenne à travers la « cueillette de mégots ». Plus de 400 bénévoles sont impliqués sur cette action. Nous souhaitons par ce biais promouvoir l’amitié européenne en essayant de se faire rencontrer des personnes de milieux différents afin de favoriser la cohésion sociale et la solidarité européenne. A ce jour, 226 000 mégots de cigarettes ont été ramassés par 300 citoyens.
  • La sensibilisation auprès du milieu éducatif. Nous sommes actuellement en train de développer un programme pédagogique centré sur la biodiversité et les déchets (avec un axe recyclage et zéro déchet) pour un public allant du collège à l’université. Comme nous sommes une toute jeune association, tout ceci est nouveau et en cours de création.
  • L’information via un blog citoyen. Nous permettons à notre communauté de choisir des thématiques et d’écrire des articles selon leur domaine d’expertise.
  • Les actions de plaidoyer. Nous rencontrons un maximum d’élus afin d’impulser une dynamique de changement local et de développer l’engagement des villes pour la transition écologique.

Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre le GRAINE ?

Notre développement trouve sa source dans l’intelligence collective. Ce que nous avons vu des acteurs adhérents au réseau GRAINE et des activités proposées par le GRAINE nous ont conforté dans notre volonté d’adhérer à un réseau territorial, d’une part pour s’informer, et d’autre part pour rencontrer d’autres acteurs.Créer des liens avec les acteurs locaux est important, car cela permet de bénéficier d’une expertise sur certains sujets que nous ne maitrisons pas forcément et de s’alimenter mutuellement afin que l’on puisse apprendre les uns des autres

Que souhaitez-vous pour l’EEDD d’ici 2030 ?

J’aimerais bien que l’on n’en fasse plus !

Interview partenaire: Delphine Plenel, Est-Ensemble, sur la coordination du projet « Tou.te.s ensemble pour moins gaspiller et mieux manger »

Delphine Plenel

Coordinatrice prévention zéro déchet

Lauréat de l’appel à projet « territoire zéro déchet » en 2020, le GRAINE IdF conduit le projet « Tou.te.s ensemble pour moins gaspiller et mieux manger » grâce à un cofinancement Est Ensemble et SYCTOM.
Le GRAINE IdF a sélectionné pour déployer le projet 3 de ses structures adhérentes (Pik-Pik Environnement, Planète Sciences et De mon assiette à notre planète).

Delphine Plenel, coordinatrice prévention zéro déchet, travaille de concert avec le Graine IdF au bon déroulement du projet, le GRAINE Île-de-France lui a posé quelques questions.

Qui êtes-vous ?

Je suis coordinatrice prévention zéro déchet à Est-Ensemble, au pôle prévention et sensibilisation zéro déchet. Nous intervenons sur deux types de projets : internes (projets internes au catalogue Est-Ensemble, principalement déployés auprès des scolaires et des centres de loisirs,manifestations et évènements grand public type SERD) ; et externes (accompagnement et actions auprès de différentes cibles comme les scolaires, le grand public, les commerçants, la restauration collective, l’habitat social collectif, …)Pour ma part, j’interviens sur les projets externes. Cette année, ces projets sont encadrés par un appel à projet qui court sur l’année 2021, à la suite d’un précédent appel sur l’année 2019.

En quoi consiste l’appel à projet ?

L’appel à projet comprend plusieurs axes :

  • Axe 1 : Accompagnement des établissements scolaires sur la prévention des déchets (lutte contre le gaspillage alimentaire).
  • Axe 2 : Animation d’ateliers sur la prévention et la réduction des déchets à destination du grand public : Sensibilisation à la lutte contre le gaspillage alimentaire, à l’éco-consommation, ateliers de réparations d’objets divers et de vélos.
  • Axe 3 : Développement des dispositifs de réemploi de proximité.

Nous souhaitions que des structures de l’ESS ainsi que des associations puissent proposer des projets innovants sur ces larges thématique.Nous avons déjà travaillé avec le GRAINE Île-de-France, sur un accompagnement lutte contre le gaspillage alimentaire, auprès de villes et d’établissements scolaires sur le territoire d’Est-Ensemble.

Quel projet menez-vous avec le GRAINE Île-de-France

Le GRAINE Île-de-France a représenté sa candidature à l’appel à projet 2021 et a été lauréat sur le thème de la lutte contre le gaspillage alimentaire auprès des établissements scolaires.

Le programme d’action proposé a retenu notre attention sur différents points.C’est un projet structuré en une douzaine d’étapes jalonnée sur l’année civile. Le GRAINE est chargé de déployer ce projet sur neuf établissements scolaires (un par ville), écoles ou centres de loisir. Le GRAINE Île-de-France a ensuite lancé un appel à candidature et trois structures ont été retenues pour déployer le programme : PikPik Environnement, Planète Sciences et De mon assiette à notre planète. C’est un gros projet avec une vision à long terme.

En 2020, nous nous avons été confrontés à la période COVID-19, et le projet 2020 n’a pas pu se finir en juin 2020 comme prévu. Nous avons donc laissé continuer l’Appel à projet 2020 jusqu’à la fin de l’année.

Le projet comporte différentes étapes :

  • Mobiliser l’équipe projet.
  • Mobilisation et participation de l’équipe éducative pour constituer l’équipe projet terrain. Consolider et apporter les connaissances sur ces sujets.
  • État des lieux : de ce qui se fait dans l’établissement. Analyse des dispositifs déjà existants en termes de lutte contre le gaspillage alimentaire (collecte des déchets par exemple).
  • Campagne de pesée destinée à faire une première évaluation de gaspillage côté salle et côté cuisine
  • Programme d’actions proposé par les éco-délégués et les adultes encadrants. Les premières actions se déroulent courant mai-juin.
  • Nouvelle campagne de pesée début septembre destinée à voir l’évolution des comportements et comment les élèves se sont emparés de la dynamique. Une nouvelle équipe d’éco-délégués est remobilisée à la rentrée. Préparation d’une action phare pendant la semaine européenne de la réduction des déchets.
  • Ultime campagne de pesée d’ici la fin de l’année. Cette dernière pesée permet de voir l’évolution du projet. Si le projet aboutit, il est possible qu’il soit essaimé sur une deuxième,troisième école et voir les possibilités de manière à le rendre pérenne

Quel sens votre structure met-elle dans son partenariat avec le Graine IdF ?

Chez Est-Ensemble, nous avions le souhait de continuer à travailler avec des associations et des structures de l’ESS et de pérenniser cela avec un Appel à Projet.

Nous travaillons avec le GRAINE Île-de-France, qui est une structure spécialisée sur un thème pourtant large qui est l’éducation au développement durable. De notre côté, nous ne sommes pas suffisamment spécialisés et outillés en termes de ressources humaines ou d’outils pédagogiques.Il faut se rappeler qu’Est-Ensemble était au début uniquement sur la collecte des déchets. Petit à petit, nous nous sommes positionnés sur la prévention. S’en est suivie la mise en place de projets et de programmes. Pour ce faire, il nous a fallu trouver des associations et des structures ayant à la fois une expertise et expérience mûres et denses. C’est pour cela que travailler avec le GRAINE Île-de-France est si intéressant.

Les GRAINE de manière générale, composent également un réseau national. Travailler avec leGRAINE c’est également se donner les capacités de connaître une multitude d’acteurs à l’échelle de la France et de l’Île-de-France, qui peuvent nourrir le projet.

C’est pourquoi nous n’avons pas fait le choix de nous tourner vers une structure privée comme une agence de conseil par exemple.

Quel sens votre structure met-elle dans son partenariat avec le Graine IdF ?

Le GRAINE Île-de-France propose un programme qui est clé en main, ce qui fait sa richesse. En ayant de nombreux membres dans le réseau qui ont aussi tous des approches différentes les unes des autres (par les outils pédagogiques, le vécu des structures), chacun apporte un contenu qui peut être différent et le fait converger dans le sens du projet.

Pour nous, il est véritablement important d’avoir des personnes qui viennent de divers horizons.D’où notre choix de nous tourner vers des associations.Nous avons été impressionnés par la capacité d’adaptation et d’adaptabilité par rapport à la crise du COVID-19.

Nous avons formidablement bien été accompagné par Clément et les structures qui ont su se renouveler, se mettre autour de la table et se questionner pour imbriquer le projet de manière nouvelle afin de se plier aux contraintes sanitaires.

Si nous n’avions pas eu des gens professionnels et spécialisés, avec une expérience suffisamment solide et ancienne, nous n’aurions peut-être pas eu cette continuité du projet.

Tous ces points là nous conforte dans notre choix d’avoir continué cet Appel à projet avec le GRAINE Île-de-France.

Je voudrais ajouter un autre point qui nous a paru important. Clément réalise régulièrement une veille sur le sujet du gaspillage alimentaire. Il n’hésite pas à nous communiquer les dispositifs existants, avec cette volonté de mutualiser et se servir de ce qui existe déjà afin de s’en saisir et de l’adapter au territoire d’Est-Ensemble. Cela apporte beaucoup de complémentarité. C’est un travail très honnête de la part du GRAINE Île-de-France que de se dire que l’on n’a pas besoin d’inventer quelque chose mais plutôt voir ce qui se faire ailleurs et l’adapter.

Interview nouvel adhérent : Romain Le Masle, SMITOM

Romain Le Masle

ambassadeur du tri – animateur au SMITOM

Chaque année, le GRAINE IdF accueille de nouveaux adhérents ! Aujourd’hui, c’est le SMITOM Nord Seine-et-Marne qui rejoint le réseau.

Romain Le Masle, ambassadeur du tri – animateur au SMITOM, nous présente les actions menées par son équipe et nous explique ce qui a motivé la structure à rejoindre le réseau du GRAINE.

Qui êtes-vous ?

Le SMITOM Nord Seine-et-Marne est un syndicat de traitement des déchets qui gère tous les déchets des habitant·e·s du Nord Seine-et-Marne. (Cela représente 324 837 habitants et 168communes). Je m’appelle Romain, je suis ambassadeur de tri, référent réemploi, réutilisation, réparation et biodiversité. Au sein du service communication, nous sommes actuellement quatre animateur·rice·s sur le terrain.

Comment avez-vous connu le réseau du GRAINE Ile-de-France ?

Je connaissais déjà le GRAINE car je suis animateur nature de formation initiale : BPJEPS EEDD avec CSA3D. Depuis peu, les élu·e·s ont fait le choix de mettre l’accent sur la préservation de la biodiversité en lien avec la gestion des déchets. Ainsi, nous avons créé deux parcours pédagogiques à destination des scolaires et du grand public, dont un sur la biodiversité au sein de notre site de traitement des déchets. Nous avons alors pensé qu’il serait opportun d’intégrer le réseau.

Quelles actions EEDD menez-vous ?

Nous menons plusieurs actions auprès de plusieurs publics :

  • Nous faisons des animations sur la réduction des déchets, le gaspillage alimentaire, le tri, le réemploi ainsi que le compostage à destination des scolaires et du grand public.
  • Nous organisons également des journées thématiques (par exemple, journée zéro déchet),pour le grand public, en partenariat avec les adhérent·e·s.
  • Enfin, nous faisons du porte-à-porte auprès des habitants pour sensibiliser sur la bonne gestion des déchets.

Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre le GRAINE ?

Nous sommes à la fois curieux de voir ce qu’il se passe autour de nous pour l’EEDD et nous souhaitons partager des connaissances, échanger sur la biodiversité et la gestion des déchets et être en réseau avec d’autres acteurs ! D’ailleurs nous travaillons déjà avec l’AVEN du Grand Voyeux et Seine-et-Marne Environnement. Tout cela pourrait nous permettre d’améliorer nos pratiques et nos parcours pédagogiques,notamment celui sur la biodiversité.

Que souhaitez-vous pour l’EEDD d’ici 2030 ?

En tant que syndicat de traitement des déchets, nous avons cette volonté d’inciter les habitant·e·s à réduire leur production de déchets et ainsi préserver les matières premières.Cela implique de sensibiliser un maximum d’habitant·e·s au tri mais également à la réduction des déchets et à la biodiversité qui nous entoure. Nous souhaitons voir émerger de plus en plus de comportements respectueux.